Accueil

Distribution and conservation of Paepalanthus Mart. sect. Diphyomene Ruhland (Eriocaulaceae) in Neotropical savannas

Marcelo TROVÓ, Lívia ECHTERNACHT & Paulo Takeo SANO

en Adansonia 35 (2) - Pages 195-206

Publié le 27 décembre 2013

Distribution et conservation de Paepalanthus sect. Diphyomene (Eriocaulaceae) dans les savanes néotropicales

Les savanes du Brésil central (Cerrado) hébergent le centre de diversité du genre Paepalanthus Mart. sect. Diphyomene Ruhland (Eriocaulaceae). Ce modèle est inhabituel en comparaison du reste de la famille dont la plus grande diversité est concentrée au sud-est du Brésil dans la chaîne de l’Espinhaço. Malgré cette différence notable, la répartition des espèces de cette section n’a pas encore fait l’objet d’investigations détaillées. Afin de mieux la comprendre, notre travail a pour objectif d’étudier cette répartition afin d’en déduire des modèles biogéographiques. Les espèces ont été classées selon leur menace d’extinction, selon les catégories et critères de la Liste Rouge de l’UICN, afin de définir leurs statuts de conservation et analyser leur implication dans la stratégie de conservation du Cerrado. Des cartes de répartition ont été élaborées pour chaque espèce en utilisant des coordonnées géographiques obtenues sur le terrain ou à partir des informations figurant sur les spécimens d’herbier. Les dix-huit espèces se rencontrent dans le Cerrado et seize y sont exclusives. Les deux autres espèces, Paepalanthus erectifolius Silveira et P. chiquitensis Herzog se retrouvent aussi dans l’Amazonie pour la première et dans la Caatinga pour la seconde. Nos résultats confirment que le centre de diversité de cette section est le Brésil central, en particulier la Chapada dos Veadeiros où huit espèces sont présentes. Treize espèces sont limitées à une seule localité, et sont classées en danger critique d’extinction. Quatre autres ont une distribution régionale : deux sont vulnérables, une est en danger et la quatrième est en préoccupation mineure. La dernière espèce, P. chiquitensis, est très répandue et aussi classée en préoccupation mineure. L’extension d’occurrence de chaque espèce est en rapport direct avec leurs statuts de conservation, due à l’application des critères de l’UICN. Nos résultats renforcent l’importance de la préservation du Cerrado entier. Les patterns de distribution que nous proposons, en association avec le statut de conservation, ont mis en évidence des régions prioritaires pour la conservation du Cerrado. Ils corroborent aussi l’importance d’autres régions déjà établies comme prioritaires pour la conservation de la biodiversité en général.

Mots-clés :

Biogéographie, Cerrado, endémisme, extension d’occurrence, liste rouge de l’UICN

Télécharger l'article complet au format PDF