Accueil

Deux espèces nouvelles de Thiollierea (Rubiaceae) restreintes aux sols hypermagnésiens du massif du Boulinda (Nouvelle-Calédonie)

Laure BARRABÉ, Arnaud MOULY & Jérôme MUNZINGER

fr Adansonia 33 (1) - Pages 135-148

Publié le 30 juin 2011

Deux espèces nouvelles de Thiollierea (Rubiaceae) endémiques de Nouvelle-Calédonie sont décrites et illustrées. Une clé de détermination des espèces du genre Thiollierea est donnée. Thiollierea rigaultii sp. nov. et T. dagostinii sp. nov. appartiennent au groupe des espèces à fleurs blanches et violacées. Thiollierea rigaultii sp. nov. possède des caractères uniques pour ce groupe : inflorescences uniflores, face interne du calice totalement recouverte par des cérocystes, corolle coriace et de grande taille. Thiollierea dagostinii sp. nov. est caractérisée par une combinaison inédite de caractères : face interne des stipules entièrement recouverte par des cérocystes, hypanthe subailé, tube du calice entier sans division secondaire, pilosité du filet hirsute et lâche, à disposition cylindrique. Les deux espèces sont endémiques du massif ultramafique du Boulinda, situé sur la côte nord-ouest de la Grande Terre, et plus précisément, pour chacune, d’une petite région paraforestière sur sols hypermagnésiens conférant à la flore locale des taux élevés de microendémisme. L’état actuel des populations des deux espèces et l’examen des menaces qui pèsent sur elles permettent de proposer un statut UICN correspondant à la catégorie « en danger critique d’extinction » (CR).

Mots-clés :

Rubiaceae, Catesbaeeae-Chiococceae, Thiollierea, endémisme, Nouvelle-Calédonie, Liste Rouge UICN, clé d’identification, espèces nouvelles

Télécharger l'article complet au format PDF