Accueil

Et la gazelle devint chèvre

Joséphine LESUR
 

Publié le 18 juillet 2017

Les ossements animaux sont les principaux documents sur lesquels s’appuie cet ouvrage. Une multitude de fragments provenant de sites archéologiques allant du nord au sud de l’Afrique et couvrant les dix derniers millénaires, ossements issus de régions dispersées, de périodes différentes, dans des états de conservation différents, mais racontant tous la même histoire : celle des relations de l’homme et de l’animal à travers la Préhistoire africaine. Relations avec les animaux sauvages chassés, pêchés ou piégés pour leur viande, leur peau, leurs plumes, leurs os, relations avec les animaux domestiques qui apportent du lait, du sang, de la force et du prestige, relations avec des environnements diversifiés et instables qu’il faut savoir dompter et exploiter, relations changeantes au fil de l’évolution des cultures et des sociétés qui vont permettre à certains animaux de devenir des symboles du pouvoir, de la richesse, du magique ou encore ceux des dangers d’un monde sauvage et hostile. Suite

 

 

Joséphine Lesur est archéozoologue et maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle à Paris (UMR 7209). À partir des restes osseux trouvés sur les sites archéologiques, elle étudie la relation entre l’homme et l’animal en Afrique, et notamment l’origine et la diffusion des animaux domestiques.